lundi 19 avril 2010

La Supercherie des "Gays opprimés au Maroc"

Couverture Mithly Magazine gay maroc
Voilà, encore Zineb El Rhazoui (Celle qui a organisé un Déjeuner durant Ramadan à Mohammedia) vient encore de frapper.

Dans un joli article publié sur le web à propos du nouveau magazine des gays marocains, elle parle subtilement de ces gays opprimés au Maroc.

Selon elle, cette "publication -le magazine- fait figure de véritable révolution dans les milieux des activistes libertaires et se passe sous le manteau."

Puis, cette revue "bouscule le Maroc" et est "Une catharsis salutaire pour une frange de la population persécutée à la fois par l'Etat et par les conservateurs."

On apprend aussi que ce Magazine est financé par l'Union européenne.

On pourrait tout simplement ignorer ce que vient d'écrire cette demoiselle, mais le sujet est tellement dés-informateur que l'on se doit de réagir.

Reprenons depuis le début ! Comme quoi ce nouveau magazine est une "RÉVOLUTION dans le milieu des activistes libertaires" !

Et quelle révolution ! Avoir une activité sexuelle donnée ne prévaut pas à créer la révolution : On peut être être sado-maso et impulser une révolution sans qu'elle porte l'étiquette de notre activité qui reste purement sexuelle.

S'adonner à un type de sexualité donnée ne concerne que le corps des concernés et leurs intimités. En faire une raison pour titrer une publication est un Tapage qui cache derrière lui des raisons non-annoncés.

Car en fait, contrairement à ce qu'annonce cette demoiselle, les gays au Maroc ont toujours vécu leur vie paisiblement, même pendant la période ou Hitler les traquaient en Europe.

La société Marocaine, qui selon El Rhazoui, a été bousculé par cette publication a toujours eu une vision d'indifférence envers les gays.

Selon l'association qui a créé ce site -kif kif- il y aurait eu plus de 5000 gays détenus depuis l'indépendance par les autorités pour pratiques homosexuelles.
Les créateurs de cette association qui sont âgés de 25-26 ans, ont arrondis ce chiffre fantasmagorique tout en sachant qu'aucune publication sérieuse n'annonce un nombre pareille (ou en parle).

Le stylo et le calepin à la main, ces gens ont du fouiner dans les registres des détenus marocains depuis l'indépendance.

Ils balancent un chiffre de je ne sais d'ou pour mieux stigmatiser cette société Marocaine qui s'en fout carrément que l'on soit gay, lesbienne ou Fétichiste !

Si Kif-Kif s'identifie comme voulant arrêter la stigmatisation des Gays au Maroc, elle essaie de le faire en Stigmatisant toute la société Marocaine.

En y pensant un peu, depuis quelques années (au moins, depuis que je suis sur cette terre) je n'ai pas entendu dire qu'un procès s'est tenu pour cause de pratiques Homosexuelles.
Même si la loi existe bien, en pratique elle est rarement utilisée tout en sachant que les autorités et avec un simple claquement des doigts pourront localiser tous les gays.

Ce que El Razhoui et Kif-Kif ne savent pas, c'est que le chiffre des gays emprisonnés a largement diminué : Dans un passé pas trop lointain, on racontait que les services de sécurité Marocains utilisaient une méthode d'interrogatoire qui s'appelle : S'asseoir sur la bouteille (tgléss 3la l9ar3a). -Une vraie partie de plaisir pour nos chers gays (Ironie)-

Au fait, si (en supposant) qu'il y a eu 5000 gays en prison au Maroc, ce n'est pas parce qu'ils ont été opprimés, mais c'est parce que ces Messieurs le sollicitaient de leur plein gré.

Depuis, cette pratique désastreuse pour les sphincters a été abolie.

Ce qui est clair dans cette affaire, c'est que certaines personnes en quête de reconnaissance cherchent à se créer un nom à l'international.

Comme les européens sont friands de tout ce qui est "Oppression émanant d'une société islamique" -d'ailleurs, quand c'est un Musulman qui tue un autre, c'est un terroriste, quand c'est un occidental qui tue un autre, c'est juste un simple criminel-. Certains abusent et ré-abusent encore pour devenir les stars révolutionnaires de ce Maroc trop stigmatisant comme le décrit El Rhazoui.

Et c'est cela la raison non-annoncé de tout ce tapage et imaginations de faits et chiffres.

La Gay pride ce n'est pas pour demain au Maroc comme circuler les seins nus -ou en Burqa aussi- sur les boulevards de Paris.

Chaque société a ses limites d'ostentation. Nous faire un énième acte de "terrorisme culturel" de la Part de Kif-Kif, d'El Rhazoui et de leurs acolytes peut leur sauter au visage.

D'ailleurs, quand on s'endort avec le Cul qui gratte, on se réveille avec le doigt qui pue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevez tous les commentaires sur ce sujet : Cliquez, en bas de ce tableau, sur S'abonner par e-mail.