mercredi 23 juin 2010

Tensions sur les Frontières entre le Maroc et Melillia occupée suite à une manifestation Marocaine.

[caption id="attachment_824" align="aligncenter" width="300" caption="Des Marocains placardant "Ceuta occupée" sur une pancarte coté Marocain."][/caption]

Suite à la visite du chef du parti Populaire espagnol (Parti Ultra-Nationaliste) Mariano Rajoy, à la ville de Mellilia occupée -par l'Espagne-, des Marocains ont manifesté le long de la frontière entre le Maroc et Melillia.

Les manifestants appelaient à l'arrêt de l'humiliation quotidienne des forces espagnoles à leur encontre lors de leur passage de la frontière et aussi en finir avec cette occupation.

Selon les médias espagnols, cette manifestation a bloqué le trafic entre Melillia et la commune Marocaine adjacente de Beni Anssar. Ce qui a entrainé la fermeture des frontières pendant 70 minutes par les forces de sécurité espagnoles durant le 21 juin dernier.

Une trentaine de participants à cette manifestation -identifiés par les caméras de surveillance espagnoles- ont été "punis" par une interdiction de fouler le sol de Mellilia pendant 5 ans par les forces de polices espagnoles. D'autres informations parlent de blessés parmi les manifestants.

Le chef du Parti Populaire Ultra-nationaliste avait exprimé il y a quelques mois son souhait d'expulser les forces de la douane Marocaine présentes sur la frontière pour avoir osé mettre "Mellilia occupée" sur un document officiel.

Depuis quelques jours, plusieurs pancartes qui indiquaient la direction vers Ceuta du coté Marocain ont été placardées par l'indication "Ceuta occupée" par des marocains appartenant à la commission pour la libération de Ceuta et Melillia.

Il semblerait que cette réalité géographique et historique de l'occupation espagnole des deux villes de Ceuta et Melillia ne plait pas trop aux officiels espagnols.

Ils auraient -selon la presse espagnole- demandé au gouvernement Marocain de s'interposer pour "interdire les manifestations" des Marocains contre cette occupation.

Le chef du Parti Populaire à Melillia -Juan José Imbroda- a menacé que cette frontière profiterait "plus aux Marocains qui vivent du commerce avec Mellilia" et que "Melillia risque à tout moment de rentrer dans l'Union douanière de l'UE" ce qui devrait -selon Imbroda- pousser les manifestants à penser "Qui aurait le plus de retombées négatives", Melillia ou le Maroc ?

Commentaires :

L'occupation espagnole des villes de Ceuta et Melillia est une réalité géographique et historique. Que cela dérange ou pas les officiels espagnols, cela ne change rien en la réalité.

Que l'on occupe une partie d'un pays par la force des armes et depuis 4 siècles n'élimine en rien le fait que l'Espagne occupe et au 21ème siècle des parties d'un pays souverain qu'est le Maroc. Normalement, Ils devraient comprendre ce constat puisque les espagnols vivent la même chose à cause de l'occupation Anglaise de la ville de Gibraltar.

Ceci dit, le gouvernement Marocain devrait s'interposer pour ne pas entraver le libre mouvement sur cette frontière, mais il ne devrait en aucun cas interdire les manifestations légitimes des Marocains contre cette occupation Espagnole, du moment qu'elles sont pacifiques.

Quoi qu'on a l'habitude de voir les Espagnols sortir la menace économique et même militaire (comme le dernier incident pour l'îlot de Leila) dès qu'il s'agit des réclamations légitimes d'un peuple amputé de sa terre par un Pays dit "occidental et civilisé".

Justifier l'injustifiable tout en brandissant des menaces à l'encontre des peuples plus faibles : c'est ça la méthode espagnole.

Si l'Espagne procède à la fermeture des frontières, il y aura certainement des dégâts des deux cotés, mais que les Espagnols sachent qu'ils n'auront jamais une raison légitime pour occuper les terres Marocaines et que les Marocains n'ont rien à perdre.

Si il y a eu réellement des blessés du coté Marocain causés par les forces d'occupation espagnoles, là, on aurai un autre discours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevez tous les commentaires sur ce sujet : Cliquez, en bas de ce tableau, sur S'abonner par e-mail.