mardi 22 juin 2010

Que faire après le bac au Maroc, d'autant plus si on est pauvre ?

Le Bac au Maroc : que faire après ?

Aujourd'hui, les résultats du Bac viennent de tomber -que vous pouvez retrouver sur le site de la Vie Eco, gratuitement, sans SMS ni Arnaques-. Des milliers de jeunes Marocains, capables de changer la facette du Maroc gouteront pour la première fois au désarroi devant un avenir inconnu.

Avant le bac, tout était quasiment tracé. D'une classe à l'autre, ils n'ont jamais eu l'occasion de faire face aux choix qui changeront tout leur avenir.

Des choix, certes pour ceux qui ont des parents qui peuvent se permettre de leur payer une école privée.

Pour les pauvres, ils n'ont quasiment pas cette opportunité : C'est soit l'université dont les diplômes n'ont pas trop la cote sur le marché du travail et qui sont déjà en surnombre dans les filières classiques, soit la Formation professionnelle trop dévalorisante.

Alors que faire quand on est pauvre et bachelier ?



Déjà, être pauvre et avoir le bac, c'est un rêve de réalisé. Être pauvre et arriver au stade du Bac et en plus le réussir, c'est du mérite et un privilège.

Le Maroc entier gagnerait en s'intéressant de près à sa vraie richesse intarissable : sa jeunesse.

Mais on en est pas là. Même si l'état crie que l'éducation est l'une des ses priorités, la majorité des décideurs envoient leurs fils et filles étudier à l'étranger ou à défaut, étudier dans les écoles privées cotées au Maroc.

Du moment que ces décideurs n'ont pas senti le désarroi de la jeunesse issue de familles pauvres, ils ne feront pas bouger les choses.

Revenons à notre question : Que faire après le bac au Maroc, d'autant plus si on est pauvre ?

La vie nous apprend que des fois, il faut faire avec ce que l'on a pour créer ce que l'on n'a pas.

Si vous n'avez pas eu la chance d'avoir une note suffisamment élevée pour accéder aux grandes écoles type ENCG ou ISCAE ou dans d'autres filières, la meilleure des choses serait de s'inscrire dans une université "banale".

Dans tous les cas, c'est le seul choix qui s'impose à vous : un choix par élimination mais ainsi soit-il.

Ne soyez pas trop enragé contre cela, mais soyez suffisamment intelligents pour profiter de cette situation.

  1. Faites votre formation universitaire, mais faites pleins d'autres choses à coté : créez vous un nom, une expérience durant votre présence à l'université. En s'engageant dans des associations, en faisant du bénévolat, en créant vos réseaux de contacts, et en attendant votre tour.

  2. N'hésitez pas aussi à proposer vos services aux entreprises (les plus petites) pour un stage non rémunéré et prenez la chose au sérieux : vous trouverez toujours une porte qui s'ouvrira ici et là surtout dans les petites entreprises.

  3. Et surtout n'attendez rien de personne, même pas un Merci. Ce que vous ferez, vous le faites pour vous avant tout.

  4. Et puis, sortez des sentiers battus, ne suivez pas les autres : On ne vous remarquera qu'en vous démarquant des autres.

  5. Le rêve serait que vous trouviez du travail à coté de Maman et Papa, mais n'hésitez pas à sillonner le pays pour vous retrouver : En parlant à un haut responsable de la ville de Dakhla, il me racontait comment les usines de sa ville peinaient à trouver des employés.

  6. Au fait, ce que vous ferez durant tout votre cursus, c'est d'apporter de la valeur à VOTRE PERSONNE, à travers un diplôme, un engagement social et une expérience.

Un conseil de frère, Brusquez la chance : C'est comme cela que j'ai fait aussi.

Et pour finir, sachez que les 2/3 des milliardaires dans le monde ont commencé en n'étant pas riches et avec des erreurs qu'ils ont commis durant leur jeunesse.

Alors ? Qui gagnera ? La fatalité d'un système éducatif élitiste comme celui du Maroc ou bien votre Volonté à faire bouger des montagnes.

A vous de choisir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevez tous les commentaires sur ce sujet : Cliquez, en bas de ce tableau, sur S'abonner par e-mail.