lundi 14 juin 2010

Le Gouvernement qui n'a plus d'argent vous a promis plus de Pouvoir d'achat ?

[caption id="attachment_774" align="aligncenter" width="266" caption="82% des sondés n'ont pas ressenti une augmentation de leur pouvoir d'achat suite à la baisse de l'IR."][/caption]

Depuis plus de 2 ans que l'actuel gouvernement existe (et qu'est ce que c'est Long !), il avait entrepris une baisse considérable de l'impôt sur le revenu. Une baisse qui a concerné quasiment toutes les tranches salariales : des mieux lotis jusqu'au smicards.


Pour le gouvernement qui négociait avec les syndicats, cette manoeuvre avait un but et c'était "Augmenter le pouvoir d'achat du Marocain".

Alors, qu'en est il de la réalité ? Est ce que notre pouvoir d'achat a réellement augmenté ? et quels sont les conséquences d'une telle baisse ?

Pour cela, j'avais demandé à mes lecteurs -que je remercie- de donner leur avis (subjectif) sur cette baisse d'impôts : Ont-ils ou non plus de ressources financières.

Sur 100 personnes, 47% ont vu que leur Pouvoir d'achat a baissé et 36% d'entre eux n'ont senti aucune différence après la baisse de l'impot sur le revenu.

En tout, 82% des personnes sondés ont eu le contraire de ce qui était escompté d'une telle baisse d'impôts.

En partie, j'avais prévu cela dans un ancien article (Publié le 11 octobre 2009): En baissant la Taxe sur le revenu, les marocains n'y gagneront rien tout en créant une inflation des prix, mauvaise pour les plus pauvres (ne tombez pas dans le panneau des chiffres de l'inflation officielle qui n'est que 2% en 2009 !!!).

Bien-sur, il y a un autre aspect encore plus grave est celui de l'état qui est en manque d'argent.

Depuis le début de l'année, ce manque d'argent de l'état s'est accentué de façon spectaculaire pour différentes raisons que vous pouvez retrouver en détail dans cet excellent article de la Vie Eco. En 2010, le déficit au Maroc pourrait dépasser les 4% du PIB et on sera devant le déficit le plus élevé depuis 7 ans.

Ce que l'état va faire et ce qu'il devrait faire :


Ce que l'état va faire : l'austérité.

Dans le cas d'un déficit trop élevé, la réaction de notre Gouvernement ne se différenciera pas trop de celles de ses pays avoisinants ou celle imposée par le FMI.

Le Maroc devra alors s'endetter à l'étranger si il veut continuer ses investissements (ou même continuer à payer le fonctionnement de son état). Et puisque la crise financière est là, il ne pourra trouver une dette à l'étranger que dans des conditions très onéreuses avec des taux et des conditions qui ne lui seront pas favorables.

Sinon, l'état devra alors taper dans ses dépenses ou même recourir à une hausse d'impôts.

C'est l'austérité. Ce phénomène n'est pas seulement mauvais à court terme avec un virement négatif de la crise sociale, mais il entrainera moins de développement à long terme et plus de pauvreté.

Ce que l'état devrait faire : Perpétuer l'investissement.

Par contre, avec un peu de courage économique Ce que l'état devrait faire, c'est de continuer les investissements même si le déficit se creuse.  Des investissements avec un intérêt économique reconnu et avec un usage optimale des ressources : combattre la corruption et essayer de faire travailler au Maximum des entreprises marocaines.

Ce qui n'est pas le cas par exemple du TGV qui coutera plus cher que le Port de Tanger MED, sans avoir un réel apport dans l'économie Marocaine, d'autant plus que les prestataires de services sont exclusivement des entreprises étrangères.

Distribuer de l'argent (avec une baisse d'impôt) ne crée pas réellement de richesses (on l'a vu dans notre cas). La meilleure façon de créer des richesses c'est de perpétuer l'investissement : un Dirham investit créera plusieurs Dirhams de richesse si il est bien investit -c'est le fameux multiplicateur keynésien-

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevez tous les commentaires sur ce sujet : Cliquez, en bas de ce tableau, sur S'abonner par e-mail.