mercredi 8 juillet 2009

Suite du Feuilleton d'Oujda : Fadwa Manouni et 4 autres élus renvoyés du Parti Mouvement populaire.

Des rebondissements, des crimes, du suspens et de la vengeance : tous les ingrédients nécessaires pour un feuilleton à Oujda.

Cette ville Orientale du Maroc, qui a connu plusieurs rebondissements lors des élections du conseil municipal, découvre aujourd'hui, un épisode (qui ne sera pas le dernier) plein de vengeance : Le Parti de Fadwa Manouni (Mouvement Populaire) a décidé, à travers son bureau politique, de renvoyer cinq de ses conseillers conseillers municipaux d'Oujda. Il s'agit de Fadwa Manouni, Mustapha Ben Abdelhak, Abdelkrim Didi, Rachida Boukroun et Fatima Bouda. Leur tort : s'être allié avec le PJD.

Le bureau politique du MP a affirmé que le parti avait bien noué une alliance avec le PJD à Beni-Mellal, mais que celle-ci a été brisé suite au refus du PJD de soutenir le MP dans d'autres villes !

C'est vraiment nous prendre pour des retardés : Tout le monde sait, qu'au Maroc, des alliances se font et se refont en total contradiction avec les principes et l'historique des partis marocains, afin de parvenir au but ultime : Régner le plus possible, dans le plus de régions possible et le plus longtemps possible.

La preuve : le MP qui s'était allié avec le PAM et le PI à Oujda, va poursuivre en justice ses anciens parlementaires MP, qui ont démissionné et rejoints d'autres groupes, et principalement le groupe parlementaire du PAM !!!

Ça me rappelle Santa-Barbara (le feuilleton américain à plus de 2000 épisodes) tout ça, ou Jack couchait avec la mère de sa sœur, qui tombe enceinte du père de la petite amie de Jack : Une vraie CHALADA !

S'il vous plait, chers politiciens, accordez-nous un moment de répit : Nous on veut juste comprendre, mais on n'arrive pas à suivre votre rythme.


Vous avez apprécié cet article ? Suivez l'actualité qui vous concerne en vous abonnant (Gratuitement et garanti sans Spam) :
Par flux RSS
Par Email

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevez tous les commentaires sur ce sujet : Cliquez, en bas de ce tableau, sur S'abonner par e-mail.