vendredi 29 mai 2009

Comment parler des droits de l'Homme au Maroc, par Khalid Naciri et la MAP

Khalid_Naciri

Le Ministre de la Communication Marocain et porte parole du gouvernement de Abbas El Fassi, Mr Khalid Naciri, a organisé un point de presse suite à la publication du dernier rapport d'Amnesty international sur les droits de l'Homme au Maroc (à télécharger ici).

Il en a profité pour donner une vraie leçon : Comment parler des droits de l'Homme au Maroc ? Voici la réponse relayé (bien sur) par la MAP :

"Lorsqu'on parle des droits de l'homme au Maroc, il est temps que tout le monde, y compris la presse internationale, s'entoure du maximum de précautions pour dire ce qui doit être dit, parce que nous avons le courage au Maroc d'être les premiers à dénoncer ce qui doit l'être", a-t-il affirmé, soulignant que les militants des droits de l'homme sont au Gouvernement.

Nous ne savons pas ce qui doit être dit, mais NOUS SAVONS CE QUI NE DOIT PAS ÊTRE DIT EN TOUS CAS. Et surtout Ne pas critiquer la politique du gouvernement concernant la lutte contre le cannabis, sinon on se retrouve poursuivi pour un délit nouvellement créé(Affaire Chakib El Khyari, à lire ici).

Au fait, ce discours est encore plus clair puisque nous sommes appelés à ne plus critiquer, du moment il y a des gens qui s'en occupent. Selon notre ministre : "Nous (je ne sais pas qui) avons le courage au Maroc d'être les premiers à dénoncer ce qui doit l'être".
Et pour conforter ces dires, Mr Naciri n'hésite pas à définir qui sont ces courageux : "LES (mais pas des) militants des droits de l'Homme sont au gouvernement."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevez tous les commentaires sur ce sujet : Cliquez, en bas de ce tableau, sur S'abonner par e-mail.